AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez| .

No one ever had much nice to say, I think they never liked you anyway

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Invité
Invité
MessageSujet: No one ever had much nice to say, I think they never liked you anyway Jeu 29 Jan - 14:13

Jayden Abraham Kingsley

well it's a broken smile, breaking their hearts & breaking their minds

nom(s) ≌ kingsley. prénom(s) ≌ jayden abraham. date et lieu de naissance ≌ 11 novembre 1991 à Stobo. âge ≌ 23 y.o. origine(s) ≌ ecossaises. statut civil ≌ célibataire. orientation sexuelle ≌ héterosexuel. métier/etudes ≌ serveur. situation monétaire ≌ plutôt merdique. votre peur ≌ mort d'une proche crédits ≌ hysteria., philia


❝ caractère/manies/habitudes ❞
timide ≌ influençable ≌ drôle ≌ nerd ≌ calme ≌ peureux ≌ ronge ses ongles ≌ déteste faire les magasins ≌ se relève toujours dans la nuit pour vérifier que le gaz est éteint ≌ ne peut plus commencer une journée sans promener son chien ≌ fait de l'humour quand il est mal à l'aise ≌ continue à regarder friends alors qu'il connaît tous les épisodes par coeur ≌ ne supporte pas son nez ≌ se trouve trop maigre ≌ au collège, il était en léger surpoids ≌ a de vieilles vergetures dues à sa perte de poids ≌ n'a jamais osé lever le doigt en cours, de toute sa vie ≌ marche pieds-nus dès qu'il peut ≌ adore les animaux ≌ appelle sa mère plusieurs fois par semaine ≌ liste les choses qu'il a à faire dans la journée pour le simple plaisir de pouvoir les barrer ≌ déteste la personne qui a inventé les urinoirs non séparés ≌ éteint son téléphone la nuit ≌ n'aime pas trop le sport en général ≌ ne s'assoit jamais dans le bus ≌ fait craquer ses doigts un peu trop souvent ≌ lit toujours des marvels ≌ adore les jeux videos mais n'a pas vraiment les moyens d'en acheter
≌ your fear : Avant, Jayden avait toutes sortes de peurs. Une phobie sociale, qui l'empêchait de faire quoi que ce soit à proximité de gens qu'il ne connaissait pas. Une claustrophobie, qui l'empêchait de prendre l’ascenseur et qui le faisait paniquer dans les tunnels souterrains. La phobie des clowns, aussi, et une angoisse incessante de vomir. Et puis, il y avait sa phobie d'impulsion, aussi, qui lui avait carrément fait rater son permis. Mais toutes ces peurs ne représentent plus grand chose, maintenant. Il n'y en a plus qu'une qui compte : celle que Lauren ne meurt. Leurs deux vies semblent suspendues au même fil. Un seul contrat : 'pile, elle vit, tout s'arrange. Face, elle meurt, tu perds. Tu passes toute ta vie à culpabiliser, à supporter le regard accusateur des gens, et plus jamais tu ne la reverras te sourire, t'embrasser, t'envoyer un sms cochon en plein milieu de la nuit. A qui essaye-tu de mentir? Si elle meurt, tu ne lui survivras pas longtemps, tu le sais.'
Pourtant, elle a peu de chance de se réveiller, il en a conscience. Alors, il essaye d'aller de l'avant. Il continue à aller travailler, même si c'est la dernière chose dont il ait envie ; il va essayer de repasser son permis, et d'autres choses comme ça. Parce qu'il est innocent et qu'il mérite de vivre normalement... Enfin, c'est ce que lui répète sa maman au téléphone - mais on sait tous que les mamans ont toujours raison.
victor norlander

i'll  numb the pain

pseudo sur le web ≌ Hysteria. prénom ≌   . âge ≌ 21 ans. pays ≌ France. connexion ≌ 7/7 pour le flood, mais pour les rps je suis une lente  Arrow . scénario/inventé ≌ inventé. un dernier mot ? ≌ frigidaire.

Code:
<co6>Victor Norlander ></co6> [url=http://troubledminds.forumactif.org/u78]<aa3>Jayden A. Kingsley</aa3>[/url]
fiche réalisée par arctic monster. pour le forum troubled minds.


Dernière édition par Jayden A. Kingsley le Ven 30 Jan - 0:15, édité 17 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: No one ever had much nice to say, I think they never liked you anyway Jeu 29 Jan - 14:14

Words fallfrom my mouth

like plates from shaking hands

Mardi 23 décembre 2014, 5 :18 P.M

Le bruit de ses pas résonnait dans la ruelle avec un son qui lui paraissait assourdissant. Trébuchant dans une flaque, il se rattrapa à un mur, s’écorchant les doigts, avant de reprendre sa course tant bien que mal. Il ne savait pas où il allait. Il était probablement encore dans son propre quartier, pourtant, et putain, il était incapable de savoir où il se dirigeait. L’air glacial de Glasgow brûlait ses poumons ; il n’arrivait plus à respirer.
Il jeta un regard inquiet en arrière, puis bifurqua soudainement pour se réfugier entre deux bâtiments. Haletant, il extirpa alors le téléphone de sa poche. Ses doigts essayèrent de composer le 999, mais la pluie avait noyé l’écran. Tremblant de tout son corps, il le frotta contre son jean, et recommença.
La sonnerie lui parut durer une éternité, comme si le temps avait suspendu son vol. C’était comme si tout se mélangeait ; tout était allé si vite, et pourtant, cela semblait ne jamais en finir. C’était sûrement ça qu’on ressentait, quand elle était là : la peur. La vraie peur. Lui qui avait toujours cumulé les phobies… Il aurait tellement préféré toutes les affronter. Tout mais pas ça. « Vous avez composé le 999, quelle est votre urgence ? » C’était une voix de femme, à la fois ferme et rassurante ; mais Jayden le savait, il n’était pas sauvé pour autant. « C’est mon pote… Mon pote vient de poignarder quelqu’un. » Quelqu'un. Sa voix avait un son grêle et lointain. Il releva les yeux, et son cœur se serra de désespoir. Ryan se tenait à quelques mètres de lui, haletant, une expression de folie furieuse rongeant ses traits. Comment les choses avaient-elles pu partir en couille à ce point ?

Mardi 23 décembre 2014, 3 :42 P.M

Inspirant une dernière fois, Lauren trouva enfin le courage d’ouvrir les yeux. Un sanglot déchirant lui échappa alors. Positif. Le test était positif. Se tenant le ventre en tremblant, elle replia ses genoux contre elle et pleura pendant ce qui aurait pu être des heures. Tomber enceinte était sans doute la pire chose qui pouvait lui arriver. Le problème n’était pas tant son âge ; vingt ans, c’était jeune, d’accord, mais elle n’était plus une adolescente non plus. Non, le vrai problème, c’était que le père l’avait quitté à peine quelques semaines auparavant, et refusait de lui donner la moindre nouvelle. Cinq ans qu’il avait effacé, comme ça, d’un revers de la main. Cinq merveilleuses années perdues à jamais.
La tête commença à lui tourner, et ses sanglots s’évanouirent doucement. Le père. Oui. Malgré la façon dont il l’avait quitté, Jayden méritait de savoir, et peut-être qu’ils prendraient une décision tous les deux. Peut-être même qu’il reviendrait, qui sait.
L’image qui s’afficha sur l’écran du téléphone, quand elle lança l’appel, ne fit que broyer encore un peu plus son cœur. C’était une photo d’eux - sa préférée -, prise l’année précédente pendant leur voyage en France. Les traits de Jayden étaient doux, il souriait ; et on voyait bien à ses yeux que la jeune femme était la seule chose qui comptait à ce moment-là. Pourquoi les choses avaient-elles tant changé ? Il était un garçon différent, à l’époque. Timide et mal dans sa peau, peut-être… Mais aimant, attentionné et tellement drôle, surtout. Jusqu’à ce qu’il rencontre cet espèce de connard ; ce Ryan Dahmer. Ryan était tout ce que Jayden aurait voulu être, d’une certaine façon. Sûr de lui, séduisant, ambitieux, courageux, se fichant éperdument des codes sociaux et du regard que les autres pouvaient bien porter sur lui. Le genre de type qui vit sa vie à fond et enchaîne les conneries, et que tout le monde déteste et adule en même temps. Kingsley l’avait admiré, envié, imité ; et Lauren senti peu à peu l’homme qu’elle aimait tant lui échapper. Il s’était mis à fumer, avait lâché ses études alors qu’il n’était plus très loin du diplôme, avait commencé à sortir le soir et à regarder d’autres filles. Cette amitié malsaine avait fini par détruire tout ce qu’ils avaient mis tant d’années à construire, avec une telle facilité qu’elle n’arrivait pas à s’expliquer.
Elle tomba sur le répondeur. Déterminée, elle sécha ses larmes et enfila un manteau. Il filtrait les appels, d’accord, mais il ne pourrait pas l’ignorer plus longtemps si elle se pointait directement à sa porte.

Mardi 23 décembre 2014, 5 :09 P.M

Jayden avait ouvert  la porte, et avait laissé Lauren l’enlacer sans sourciller. Pour être honnête, voir son ex dans cet état lui crevait le cœur. Il avait envie de sécher ses larmes, de l’embrasser, de lui dire que tout irait bien. Peut-être ses sentiments n’étaient-ils pas aussi éteints qu’il aimait à le penser ; mais de toute façon, cela ne changeait rien. Il avait changé ; ils avaient changé. Ils n’avaient plus rien à voir ni l’un ni l’autre avec ce qu’ils avaient été cinq ans plus tôt. Oui. Ils avaient été heureux ; elle avait été le centre de son univers pendant des années. Mais ces derniers mois, leur relation ne s’était résumée que par un enchaînement de disputes toutes plus puériles les unes que les autres. Il fallait y mettre fin, d’une façon ou d’une autre ; et c’était lui qui l’avait fait, malgré toute l’affection qu’il avait pour elle. Certaines choses ne se réparent tout simplement plus.
« Jayden, je sais que tu ne veux plus me voir mais il faut que… » Les mots se perdirent dans sa gorge, tandis que ses yeux de chat se posèrent sur une ombre dans le couloir. Ryan. Les pupilles dilatées par la coke, il s’avançait, les traits se contractant dans un rictus menaçant. Il attrapa Lauren par le bras et la traina vers la porte d’entrée, sous les protestations de Jayden. « Ryan, laisse-la… » « Qu’est-ce que t’as pas compris quand il t’a dit que c’était fini entre vous ? Tu te casses et tu lui fous la paix, compris ? » « Ryan, c’est bon, elle veut juste… » Ryan repoussa Jayden avec une force étonnante. « Vas te faire foutre connard, je partirais pas, c’est entre Jayden et moi… ». Le reste se passa tellement vite que Jayden n’était pas sûr d’avoir tout saisit. Ryan sorti le couteau qui lui servait à couper ses barrettes de shit, et le pointa vers la jeune femme. Kingsley le supplia d’arrêter, mais ses protestations se perdirent dans les cris furieux des deux jeunes gens. Et puis, il le vit enfoncer le couteau entre les côtes de la jeune femme.
Les deux hommes eurent un moment de flottement, pendant lequel ils essayèrent d’assimiler ce qui venait réellement de se passer ; puis leurs regards se croisèrent. Ryan retira le couteau dans un bruit sinistre, et Jayden se précipita alors hors de l’appartement en courant. Les pas de Ryan résonnaient dans l’escalier derrière lui.

Jeudi 29 janvier 2015, 5 :24 P.M

Le bip régulier des machines avait quelque chose de terriblement obsédant, angoissant ; il avait fini par s’insinuer jusque dans ses pensées, lui rappelant sans relâche à quel point les espoirs étaient minces. Poussant un soupir, Jayden glissa ses doigts entre ceux, froids, de Lauren. Le corps de celle-ci luttait toujours, mais son esprit restait désespérément clos, probablement à tout jamais. Même si elle revenait, de toute façon… Son cerveau avait sans doute manqué de trop d’oxygène pour pouvoir refonctionner normalement un jour. Quant à celui du bébé… Le jeune homme tourna les yeux vers le ventre de la jeune blonde. Elle était enceinte de dix semaines, est-ce que c’était normal, qu’elle n’ait toujours pas grossit ?
On avait demandé à Jayden s’il voulait garder l’enfant même si Lauren ne se réveillait pas ; il n’avait pas su quoi répondre. Le fœtus aussi avait probablement manqué d’oxygène. Et puis, les parents de la jeune femme s’y opposeraient sans doute ; il ne savait pas si c’était parce qu’il avait rompu avec elle, ou parce que Ryan était un ami à lui, mais ils semblaient toujours le tenir responsable de ce qui s’était passé. C’est d’ailleurs ce que tout le monde avait fait, jusqu’aux résultats d’analyses toxicologiques de Ryan et au prélèvement de ses empreintes sur le couteau. Même ces preuves n'avaient pas suffit. Qui d’autre que l’ex petit ami ferait un meilleur coupable ? Il le sentait, le poids du jugement, depuis qu’on l’avait laissé sortir de garde à vue ; à chaque client qu’il servait, à chaque regard de ses collègues, à chaque soupir de sa propre mère. Il n’avait nulle part où aller pour échapper aux conséquences de ses erreurs, et cela devenait de plus en plus difficile à supporter. Alors, Jayden se réfugiait dans la seule chose qu’il pouvait : l’espoir. Oui, elle se réveillerait, et grâce à son appel rapide aux secours, elle n’aurait aucunes séquelles. Tout s’arrangerait… Il le fallait.

fiche réalisée par arctic monster. pour le forum troubled minds.


Dernière édition par Jayden A. Kingsley le Jeu 29 Jan - 23:54, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: No one ever had much nice to say, I think they never liked you anyway Jeu 29 Jan - 15:52

Le titre de ta fiche ♥♥♥♥
Bienvenue parmi nous, et bon courage !
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: No one ever had much nice to say, I think they never liked you anyway Jeu 29 Jan - 16:02

omg victor.
bienvenue. I love you
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: No one ever had much nice to say, I think they never liked you anyway Jeu 29 Jan - 17:13

aaalerte beau gosse
bienvenue !
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: No one ever had much nice to say, I think they never liked you anyway Jeu 29 Jan - 17:23

Bienvenuuuue
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: No one ever had much nice to say, I think they never liked you anyway Jeu 29 Jan - 17:29

Oh, merci tout le monde, vous êtes adorables
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: No one ever had much nice to say, I think they never liked you anyway Jeu 29 Jan - 18:01

bienvenue, joli bébé
si tu as besoin de quoi que ce soit, n'hésite pas
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: No one ever had much nice to say, I think they never liked you anyway Jeu 29 Jan - 18:03

Merci beaucoup Je pense que j'aurais besoin d'un peu d'aide pour définir ma peur, mais je vais d'abord finir ma fiche parce que c'est pas facile à expliquer

EDIT : non c'est bon en fait


Dernière édition par Jayden A. Kingsley le Jeu 29 Jan - 22:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

fromthemorgue
administrator
nombre de peurs : 537
célébrité : gerard way.
MessageSujet: Re: No one ever had much nice to say, I think they never liked you anyway Jeu 29 Jan - 19:49

mcr Arrow alerte Arrow mcr Arrow j'arrive Arrow

pardon

bienvenue parmi nous beau môsieur
si tu as un souci, n'hésite surtout pas !
bon courage pour ta fiche I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://troubledminds.forumactif.org/

Invité
Invité
MessageSujet: Re: No one ever had much nice to say, I think they never liked you anyway Jeu 29 Jan - 21:11

Haha en voyant ton avatar dans le staff j'étais sûre que ça te plairais Gee est sûrement le meilleur choix d'avat' qu'on puisse faire
Merci beaucoup!
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: No one ever had much nice to say, I think they never liked you anyway Ven 30 Jan - 11:14

bravo tu es validé(e) !

tu as le droit à plein de câlins !

l'histoire est super originale et tellement bien écrite ... je meurs je veux qu'Olivia ait un lien avec ton beau bébé

hé bien, félicitations ! tu as terminé ta fiche, on a décidé qu'elle est bien belle du coup, tu peux enfin jouer ! la joie n'est-ce pas ? avant toute chose, nous t'invitons à recenser ta peur ici, parce qu'on ne veut pas t'oublier. par la suite, tu peux commencer à recenser ton métier , ainsi que ton habitation - parce que tu n'es pas à la rue, je pense - ici. également, si tu souhaites ouvrir ta fiche de liens, c'est que tu devras te rendre ! il y a toujours pleins de choses à faire, de toute façon. tu vas enfin rp, puis t'amuser dans le flood, c'est pas génial ça ? nous te souhaitons de t'amuser sur troubled minds, même si avoir des peurs c'est pas toujours sympa !
fiche réalisée par arctic monster. pour le forum troubled minds.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: No one ever had much nice to say, I think they never liked you anyway Ven 30 Jan - 11:18

Bienvenue parmi nous en retard
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: No one ever had much nice to say, I think they never liked you anyway Ven 30 Jan - 11:19

Haaan merci beaucoup, pour la validation et pour les compliments
Et un peu que je le veux, ce lien! Comment pourrais-je refuser?

Merci beaucoup, Eneah
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: No one ever had much nice to say, I think they never liked you anyway Ven 30 Jan - 20:59

victor, mais quel trop bon choix.
bienvenue sur le forum.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
Invité
MessageSujet: Re: No one ever had much nice to say, I think they never liked you anyway Sam 31 Jan - 0:48

Et que dire de Sam
Merci beaucoup
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: No one ever had much nice to say, I think they never liked you anyway

Revenir en haut Aller en bas

No one ever had much nice to say, I think they never liked you anyway

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Leurs chiens meurent pendant la traversée Nice-Calvi
» Scott 17 mois croisé teckel/papillon (06) Nice
» Bérénice - Faris
» Voir Nice Sous la Pluie
» Paris-Nice (PT) >>> Avant mardi 16h00

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TROUBLED MINDS :: ❝ NOISE AND KISSES ❞ :: everything has an end :: power and control-